Flamenco Sentido et Atelier du Senti: en substance, aujourd’hui

 

Dans le cadre de l’un de ces cours, bien souvent j’invite à prendre conscience de sa présence ici et maintenant en tant qu’individu et dans le groupe.

Par sa présence et son intelligence sensible, la personne influe de façon permanente sur ce qui se passe dans le groupe. De ce fait, le déroulement du cours, l’enchaînement des exercices, le choix des propositions, des exercices sera influencé à chaque instant.

Par conséquent, tout participe au déroulement du cours: aussi bien les différences de niveaux techniques, les connaissances et les facilités à s’adapter, que les arrêts, les silences, les émotions vécues en chacun. Ce précieux matériel nous permet d’avancer et d’évoluer en toute authenticité, avec rigueur et justesse, dans l’apprentissage d’un exercice ainsi que dans la redécouverte de soi et de tout ce qui est là.

Lorsque il y a danse, il y a une manifestation formelle, corporelle, concrète et figurative, qui se rapporte à un ou plusieurs styles, cultures, techniques ou disciplines.                            Il y a simultanément, une manifestation émotionnelle, intentionnelle, sensorielle, subtile et invisible, qui vient de l’activité intérieure du danseur.

En considérant ces deux plans et en les travaillant artistiquement avec la même rigueur, notre présence, notre danse s’en ressent dans son authenticité, son équilibre, son harmonie.

Nous aborderons durant le cours:

– des exercices qui vont plutôt stimuler le corps et son élasticité. Pour qu’il puisse peu à peu, exécuter  avec plus de justesse et d’aisance ce qu’il y a à exprimer.

-des enchaînements de mouvements précis, pour enrichir notre vocabulaire.

-des exercices d’improvisation, où le corps est livré à ce qu’il est, un véhicule de l’âme. L’expression même de l’âme, notre réalité interne, n’a besoin que de ses sens en éveil. Nous sollicitons surtout les 5 sens. Le mental ici est au service des sens. Avec mon corps, j’utilise et éprouve les contraintes qui lui sont propres: l’espace, le temps, sa matière, son souffle.

 

Toutes ces expériences vont nourrir et donner de la substance lumineuse et vibrante à la forme que vous choisissez de lui donner.

Le flamenco en est une. Si nous travaillons dans ce canal formel, il n’est ni plus ni moins qu’un moyen pour délivrer un message et une présence qui nous dépasse, à un public, à des membres  d’un groupe.

Le rythme qui est le socle fondamental pour fédérer les différentes formes de langage vibratoire, est un canal, un cheval, qu’il faut apprendre à chevaucher.

De façon générale, le rythme est une clé.

Prendre conscience du rythme de toute chose, pas seulement du flamenco, c’est essentiel. Les saisons, les cycles, dans la Musique, dans la Nature, dans sa propre nature. Partez en reconnaissances de vos rythmes, éprouvez les, mettez du rythme dans ce que vous faites, pour augmenter votre présence à ce que vous vivez.

Observons qu’il n’y a jamais de vrai silence. Tout vibre, tout bat. Tout a une mesure. Si nous observons le mouvement de notre corps, de notre cœur et de nos pensées,  nous constatons qu’il n’y a jamais d’arrêt. Idem dans la Nature.

Si j’arrête le cours, si j’arrête la musique, ce n’est qu’une chose, d’autres choses ont lieu. Exerçons nous à rester en écoute de cela. Jouer, créer, danser cela.

Le conseil que je donne souvent en cours, c’est de ne « rien couper ». Ralentir suffisamment pour que notre attention puisse percevoir que rien ne s’arrête vraiment. Il arrive souvent que l’envie de passer à autre chose, à une autre idée, un autre mouvement se manifeste. C’est naturel! En ralentissant le mouvement en cours ,nous observons comment naturellement le mouvement suivant émerge. De cette manière on est à la fois spectateur et acteur de sa danse, de sa présence.

De cette manière, nous entretenons un calme au centre de nous-même et peu à peu l’agitation extérieure nous affecte moins et se mue plus facilement. Le calme et le chaos dansent. Les opposées se rencontrent et se complètent, exerçant leur influence de façon équilibré, rythmé, cyclique. L’harmonie réside dans l’union de nos deux hémisphères (gauche et droite), nos deux respires (inspire-expire), nos deux présences (intérieure-extérieure). C’est là que réside la liberté.

« La danse est un yoga de la vie ». (Yumma Mudra, créatrice du projet Danza Duende)

mes nus, 2006

Publicités

Le Senti (6)

Captation de la présentation de l’Atelier du Senti, mardi 20 janvier 2015 à Un Monde En Soi.

via ce lien:

http://vimeo.com/album/3232123

L’atelier se tiendra dans ce même endroit à partir du 5 mars 2015 jusqu’aux congés de Pâques.

Tous les jeudis soir, de 20h à 22h.

Ouverts à tous et toutes. Pas de niveaux requis.

Le Senti (4)

Les principaux axes de travail sont la méditation, la respiration, la pulsation, le rythme et l’ancrage.
La communion avec soi, l’Autre et l’espace.
Il s’agit d’appréhender avec attention la relation intime qu’il existe entre nos mondes intérieurs et extérieurs, son va et viens permanent et le champ créatif illimité qu’il implique lorsqu’on y prend part avec conscience.

L’atelier se déroule en 3 étapes:

Alignement du squelette, reconnaissance de notre architecture
Activation de la respiration et de nos muscles internes.
Mouvements libres, improvisation guidée.
Tournoiement1

Atelier du Senti (3)

Exploration de son corps, reconnaissance de ses pulsations, de ses sons.

Appropriation par le rythme et coordination de nos gestes avec l’élan du groupe.

Une aventure en conscience guidée par l’instant du souffle, l’énergie de nos corps, l’expression de nos émotions, la cadence du rythme.

La joie de créer du lien avec soi et l’Autre.

Créer la magie et vivre l’instant présent comme un jeu.

Sentir son ancrage et se relier à nos cultures racines. Son masculin, son féminin, notre Histoire. Coupler avec nos intentions existentielles, je fais la lumière sur ma voie.

Racines

 

Atelier du senti (2)

Le champ de travail de cette semaine est d’appréhender ce corps en utilisant notre conscience, l’espace et le rythme. Apprivoiser et dompter le cheval sauvage 🙂

Avec comme ligne de conduite le souffle et la méditation pour ouvrir l’espace intérieur de notre corps, nous travaillerons différents exercices visant à sculpter et organiser notre espace extérieur. Ces exercices sollicitent principalement le siège, toute la ceinture abdominale. Le socle de l’équilibre entre la terre et le ciel, entre le mental et les émotions.
L’improvisation sera aussi à l’honneur au cours de la session.

En tant que danseuse de flamenco, ce travail est devenu fondamental pour moi.
Il permet d’acquérir une grande stabilité à beaucoup de niveau et par conséquent une présence agréable et confortable.
Mais surtout, il offre une bonne énergie créatrice extrêmement contagieuse!

Au plaisir de partager cette source de plaisir,
À très bientôt,

Musique du moment

 

 

« L’invisible est en relation chiasmatique avec le visible, l’invisible n’est connaissable que par des moyens visibles, comme le duende par le geste de la danseuse. Pour Merleau-Ponty, « il n’y a pas de vision sans écran : les idées dont nous parlons ne seraient pas mieux connues de nous si nous n’avions pas de corps et pas de sensibilité, c’est alors qu’elles nous seraient invisibles », « elles sont en transparence derrière le sensible, ou en son cœur ».

L’opposition des termes invisible et visible prolonge l’opposition entre l’essence et l’existence, ou entre l’idée et le fait. Mais cette prolongation est un renouvellement radical, qui dépasse précisemment le rapport d’opposition car il s’agit de critiquer la prétention de séparer l’expérience de l’essence, ou la variation de l’invariant. Cette séparation aboutit, dans la pensée réflexive, à poser, « en face » de l’esprit, le monde réduit à son schéma intelligible, balayant ainsi toute question portant sur leur rapport, qui est désormais de corrélation pure. L’effort de Merleau-Ponty vise à penser ce rapport sous la forme d’un « enjambement » de l’esprit sur le monde et/ou du monde sur l’esprit22 , d’un engrènement du corps et de l’esprit.

Si l’on considère maintenant le touchant, le tangible et la « charnière » qui les articule, alors ce que Merleau-Ponty nomme « la chair » est « ce cycle entier et non pas seulement l’inhérence en un ceci individué spatio-temporellement23 ». La notion de chair s’installe dans l’étoffe commune du corps et du monde. La chair désigne d’un même mouvement : l’être ambigu de notre corps (tangible et touchant), l’être ambigu du monde (visible et invisible), et l’indivision de l’être du corps et de l’être du monde, puisqu’entre ma chair et celle du monde, il y a « correspondance de son dedans et de mon dehors, de mon dedans et de son dehors24 » . Il y a enveloppement réciproque, ou chiasme, entre ma chair et celle du monde. »

extrait de « l’Approche du sens du geste en psychothérapie à travers l’expérience du Duende », par Juliette Allain, interne en psychiatrie, Marseille.

***********

Espace/corps/Temps, 2006

Atelier danse sentie (1)


1er atelier de danse sentie, samedi 12 avril à 14h

Danser!

Libérer son corps en y faisant entrer notre conscience.
Danser en faisant de ce moment une fête.
Être connectée avec la terre, la musique et les gens.
Voilà ce sur quoi je travaille en ce moment et que j’aimerais partager avec vous.
Voici plusieurs dates:
Samedi 12 avril de 14h à 16h
Samedi 10 mai de 14h à 16h
Samedi 14 juin de 14h à 16h
tarif: 10€
Lieux: salle Dublin, 13 rue de Dublin, 1050 Ixelles
Durant ces 2 heures, nous travaillerons essentiellement notre encrage dans la terre et le souffle. Ces 2 éléments nous permettrons d’être relié à notre espace intérieur et l’espace extérieur. Nous apprendrons à puiser l’énergie et la donner.
Appréhender et utiliser notre corps et nos émotions comme matière d’expression. Les improvisations de groupe seront faite pour cela.

Les mouvements que je serais amener à vous donner seront issus de plusieurs disciplines différentes et complémentaires, dont le flamenco 😉
Le but de cet atelier est de se libérer de nos mauvaises postures, nos habitudes aliénantes pour le corps et l’esprit.
Retrouver une communication et une collaboration  simple mais riche et bienveillante avec soi. La présence du groupe ne fera qu’intensifier et magnifier cette démarche. Tout est danse. C’est ça qui est bon!
La tenue est à votre guise. Soyez confortable et à l’aise dans tous les sens du terme.